Partagez
 

 L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Vampir10
Coraline Bates
Messages : 539

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Empty
Message#Sujet: L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean]   L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] EmptyJeu 2 Mai - 18:55


L'éternité, c'est long, surtout vers la fin 
C

oraline ne mettait presque jamais les pieds au village, à moins d'y être expressément invitée par le Sorcier (c'est-à-dire que ce dernier lui avait ordonné de s'y rendre pour une raison ou pour une autre). Le temps qu'elle passait au milieu de ces ruelles appartenait à ces époques anciennes, à ces moments reculés qu'elle cherchait du mieux qu'elle pouvait à occulter de sa mémoire... C'était si loin, maintenant, cette enfance heureuse qu'on lui avait fauchée, il ne devait plus rien en rester, à présent, sauf ces sentiments tenaces que sa relation avec Scott avait réveillés, et donc, elle n'avait pas le moins du monde envie de se mêler à la foule des villageois sitôt que le soleil n'était plus susceptible de la réduire en poussière, elle se satisfaisait de sa solitude, de sa romance, de ses errances, et de ses crimes pour le moins inhumains (mais eh, après tout, elle n'était de toute façon pas humaine), elle ne revenait au village qu'en dernier recours, quand elle y était contrainte, donc.

D'habitude. Cette fois faisait pourtant bel et bien exception. La nuit était tombée depuis quelques heures, et c'était de son plein gré qu'elle avait décidé de se rendre au village... encore que plutôt à l'écart de ce dernier, au champ funéraire, afin de décorer la tombe du père de Scott. Elle n'avait pas voulu que ce dernier le sache. Il s'efforçait de lui répéter qu'elle n'était pas responsable de ce qui était arrivé à cet homme, tout comme elle lui rendait la pareil, mais elle ne se leurrait pas. La vie du jeune homme aurait été plus simple si leurs chemins ne s'étaient jamais recroisés, s'il n'avait pas cherché obstinément à devenir comme elle alors qu'elle-même n'avait rien demandé à personne.

Elle contempla la tombe sans mot dire. Elle n'avait jamais été bavarde face aux sépultures. De toute façon, pour être morte elle-même, elle savait que ce qui pourrissait sous la terre n'avait plus grand-chose à voir avec les personnes que l'on venait pleurer. Mais puisqu'elle ne serait pas en mesure de présenter ses excuses à Mr Barnes de son vivant, elle le faisait symboliquement. Elle demeura un long moment silencieuse. En proie à la réflexion. Et il y avait de quoi faire à ce sujet : par quoi commencer ? Le sacrifice que Scott avait fait pour elle ? Ses pouvoirs qui faisaient des siennes mais trop temporairement pour qu'elle en profite vraiment ? Joachin et la possibilité qu'elle lui pardonne ? Ou juste l'homme enterré à ses pieds...
Dans tous les cas, des pas à proximité la tirèrent de ses réflexions. Quelqu'un était là. Coraline se retourna brusquement, se détendit en comprenant qu'il s'agissait de Jean.

-Ah, c'est toi.



code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Vampir10
Jean Carridge
Messages : 27

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Empty
Message#Sujet: Re: L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean]   L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] EmptyVen 17 Mai - 8:47


L'éternité, c'est long, surtout vers la fin
J

ean n’avait pas posé les pieds au champ funéraire depuis… une éternité, lui semblait-il. Même si ça ne faisait qu’un peu plus de cinq-cents ans. Il n’y avait rien, qui la liait à ce lieu. Rien, ni personne, ni vivant, ni mort. Elle ne croyait pas que les morts rôdent autour des vivants autrement que lorsqu’ils étaient vampires, il n’y avait donc pas le moindre intérêt à ce qu’elle se recueille sur des tombes… qui, de toute manière, n’existaient plus depuis très longtemps.

La plaine de pierres, froide et silencieuse, lui semblait à la fois familière –elle se souvenait avec clarté de ses derniers passages, aussi loin soient-ils- et étrangère. Il y avait du changement. Elle était, déjà, beaucoup plus étendue. La terre avait bougé, le paysage n’était pas exactement le même. Une partie de la forêt avait été coupée, pour permettre d’offrir aux morts un respect qu’ils ne méritaient pas.
Marchait silencieusement entre les tombes plus ou moins en bon état, sa longue robe rouge sang flottant derrière elle, Jean attrape un bouquet de fleurs mortes à portée de main et continuer de se faufiler dans le labyrinthe jusqu’à la jeune vampire qu’elle avait suivi jusque-là.
Elle continue d’avancer sans changer de rythme lorsque Coraline se retourne vivement vers elle, et comme à chaque fois qu’elle posait les yeux sur elle, depuis que le « poison » l’avait touchée, elle était partagée. Une violente envie, une colère destructrice, un faible espoir et un doux soulagement. Mais surtout, surtout ces premiers. Jean était égoïste, elle ne se le cachait pas. Elle était égoïste et elle voulait garder Coraline pour elle, son enfant, à elle toute seule, sa compagne de souffrance, coincée dans une carcasse non adaptée. Mais rien ne se passait jamais comme Jean le voulait, lorsqu’elle restait en retrait, elle avait fini par le comprendre.
Elle aurait dû tuer ce mortel qui obsédait sa fille avant qu’il ne se fasse transformer.

« Ma famille était enterrée à l’ouest du champ. Ma tombe était en pierre blanche, mon nom sculpté par mon cousin, qui était tailleur de pierre. Ils y ont fait écrire "Notre fille bien aimée, qui nous fut arrachée trop tôt. Puisse-t-elle reposer en paix". S’ils avaient su. » Dit-elle sur un ton débordant d’une mélancolie qui avait en partie contribué au mal-être de Jean. Elle était dans une de ces humeurs, tristement lasses, qui la prenaient parfois. Qui la faisait âme en peine plus que puissant vampire.

« Mon fiancé était par là. » Elle pointe du doigt la direction. Elle se souvenait encore du goût de son sang, de la sensation d’arracher sa carotide, de traiter sa gorge moins respectueusement qu’un chien avec un vieil os. Il l’avait mérité. « Il y a cinq cent quarante-deux ans, un tremblement de terre à fait s’écrouler la plupart des pierres tombales. Le village, aussi. Il suffisait de se pencher pour ramasser les casse-croûtes, les secours étaient désorganisés et perdus, dans la nuit. Pas nous. » Tout en parlant, elle marche, avec lenteur, elle tourne autour de la tombe devant laquelle Coraline se recueillait, son regard vaquant dans le vide, comme s’il ne voyait plus l’actuel, mais quelque passé lointain. « Il ne reste rien de ceux que je connaissais. Ni corps, ni archives, ni gravures. Rien. C’est ce qui t’attends, toi aussi. L’oubli. »  Jean se hisse sans respect particulier sur la pierre tombale de Monsieur Barnes, et seulement là, elle peut être plus grande que Coraline devenue adulte, qu’elle fixe enfin directement. « Qui était-il, pour toi ? »

code by Mandy


_________________

Who wants to live forever anyway ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Vampir10
Coraline Bates
Messages : 539

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Empty
Message#Sujet: Re: L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean]   L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] EmptyVen 17 Mai - 17:29


L'éternité, c'est long, surtout vers la fin 
J

ean semblait d'humeur bavarde. Elle lui parlait des sépultures de sa famille, un peu plus loin à l'ouest du champ funéraire. Elle évoqua sa propre tombe, son épitaphe, celle de son fiancé. Enfin le tremblement de terre. Coraline s'étonnait de n'en avoir jamais entendu parler. Même si cela remontait à plusieurs siècle, Notre terre était si petite que les grands événements, y compris climatologiques qui s'y déroulaient faisaient date pour longtemps et rejoignaient les livres d'histoire... Enfin, Coraline n'avait jamais été une élève très attentive... Et sa condition faisait qu'elle avait quitté l'école bien avant l'heure qui plus est.

Bref, la morale de l'histoire, c'est qu'au final, il ne restait rien de tout ça... pas d'archives, pas de traces, plus de mémoires. C'était une chose qui avait angoissé Coraline au tout début. Plus maintenant... Il ne restait déjà plus personne de vivant, ni famille ni ami, pour se souvenir d'elle, et quelque part, elle trouvait quelque chose de rassurant au fait d'être juste... oubliée. Sa seule préoccupation avait pour elle été de l'être de Scott, la seule personne qui comptait vraiment. Mais le jeune homme avait décidé de son sort. A présent, cette question ne se posait plus, son inquiétude ne faisait plus sens. La mémoire était une question complexe et relative... Mais pas le coeur des préoccupations de Coraline, peu importe ce que pouvait toujours en dire la très franche - et ô combien optimiste, n'est-ce pas - Jean Carridge.

-Je ne le connaissais pas vraiment...
, répondit-elle honnêtement. En tout et pour tout, Coraline n'avait parlé au père de Scott qu'une seule fois... au décès de son épouse, épouse qu'elle n'avait pas réussi à aider non plus. Mais je l'ai tué sans le vouloir, ajouta-t-elle.

Ce qui ne devait pas vraiment faire de sens pour Jean. Coraline avait depuis longtemps dépassé le stade d'avoir des scrupules pour ses victimes, qu'il s'agisse de celles dont elle se délectait du liquide vitale pour subsister ou celles qu'elle livrait à Appers pour ses expériences. Mais cette victime-là n'était pas comme les autres, en l'occurrence.

-C'est le père de Scott
, ajouta-t-elle simplement.

Cette unique phrase ne saurait résumer toute la complexité de la situation mais peu importe, c'étaient les premiers mots qui avaient bien voulu s'échapper des lèvres de la jeune femme, et c'étaient en soi les plus importants, aussi.

code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Empty
Message#Sujet: Re: L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean]   L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'éternité, c'est long, surtout vers la fin [pv Jean]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Expédition vers le Harad.
» Un combat long....très long !!
» Quand la vie est un long fleuve tranquille.... (Libre)
» Repos après un long voyage
» L'homme au long nez ou Uldry D. Kenneth.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Day More :: Reste du monde :: Champs Funéraire-